Le Dragon Wyvern de Mordiford

Le Dragon Wyvern de Mordiford


Le village de Mordiford a grandi autour d'un ancien gué sur la rivière Lugg et possède le plus vieux pont du Herefordshire qui subsiste, datant en partie de 1352 environ. Il est surtout connu pour la légende du "Dragon de Mordiford", qui descendait de sa tanière dans le bois de Haugh pour boire au confluent des rivières Wye et Lugg près du village.

On dit que le dragon a aimé dès son plus jeune âge une petite fille du nom de Maud qui vivait à Mordiford. Elle avait nourri le dragon depuis son enfance. Lorsqu'il a atteint l'âge adulte, elle est restée la seule personne à l'abri de son règne.

Dans la légende, après avoir atteint la maturité, la faim du dragon ne pouvait plus être satisfaite par le lait. Il commença à se régaler des fermiers et du bétail de la région, mais ne fut jamais un danger pour Maud. Les habitants s'épuisèrent devant les attaques constantes du dragon et demandèrent de l'aide aux nobles de Mordiford. Un homme de la famille Garstone tua alors le dragon.

L'histoire du dragon WYVERN manguer d'homme fait toujours partie de la culture de Mordiford et est continuellement mentionnée dans les archives modernes du village. On dit que le dragon a vécu jusqu'en 1811. 


Un Wyvern héraldique

Il existe plusieurs versions de la légende du Dragon Wyvern de Mordiford et elles ne comportent pas toutes Maud.

Celle qui est mentionnée dans l'histoire, sur le mur de l'église, dit que le dragon a été tué par  un membre de la noblesse locale, mais d'autres histoires racontent qu'il a été tué par un criminel condamné.

Ces histoires ont été transmises de bouche à oreille et n'ont pas été écrites, sauf sur le mur de l'église, jusqu'aux années 1790, quand un certain Samuel Ireland a visité Mordiford pour la première fois et a appris que le dragon avait été tué par un criminel caché dans une tête de cochon de cidre.

Puis, en 1799, George Lipscombe écrivait un livre de voyage et a vu le dragon peint sur le mur de l'église. En s'informant, il a appris que le dragon avait terrorisé le village, qu'il mangeait du bétail et des gens et que son lieu de boisson préféré était le point de jonction des rivières Lugg et Wye. Personne n'osa combattre le dragon jusqu'à ce qu'un criminel condamné se propose de le juger, si sa récompense est une grâce.

De là, les détails varient ; certaines histoires racontent qu'il se cachait dans un tonneau de cidre, près de l'endroit où le dragon buvait, et lui tirait dessus à travers le trou de bonde du tonneau, ou qu'il combattait le wyvern et gagnait - mais qu'il mourait ensuite lui-même lorsque le dragon soufflait le feu sur le tonneau avec son dernier souffle. D'autres racontent qu'il a recouvert le canon de crochets et de couteaux et que lorsque la wyvern est allée l'écraser avec l'homme à l'intérieur, elle est morte des suites des blessures causées par les piques. Malheureusement, l'homme a été pris dans les vapeurs toxiques de la créature mourante et est mort à ses côtés. 

 

 


Une autre histoire raconte que la wyvern s'est gavée sur un énorme bœuf mort échoué sur les rives du Lugg et, alors qu'il dormait après le repas, les villageois se sont tous approchés de lui armés de leurs fourches, couteaux et piques et l'ont tué ensemble.

La première histoire écrite qui incluait Maud remonte à 1864, dans le livre de J. Dacres Devlin "Le dragon de Mordiford et autres sujets". Il dit que l'histoire lui a été racontée par un centenaire d'un village voisin et décrit la venue du dragon comme dans notre histoire. C'est l'histoire qui a captivé l'imagination des gens, l'amour et la loyauté entre une jeune fille innocente et un dragon monstrueux, et c'est celle qui se répète le plus aujourd'hui.
La peinture dans l'église


L'église de Mordiford


De nombreux voyageurs qui passaient par Mordiford avant le XIXe siècle ont été intrigués par la peinture du mur ouest de l'ancienne église normande. De nombreuses descriptions de ce tableau montrent qu'il a été repeint assez souvent et de manière assez différente. Parfois, le dragon n'avait qu'une seule paire d'ailes, parfois jusqu'à quatre. Le nombre de pattes a changé entre quatre, deux et aucune au fil des ans et bien qu'il soit généralement vert, il était parfois rouge.

À la fin du 17e siècle, John Aubrey du Wessex a noté que lorsqu'il l'a vu pour la première fois, le dragon avait trois paires d'ailes, mais qu'une quatrième paire avait été ajoutée récemment. Thomas Dingley l'a esquissé en montrant 4 paires de pattes ainsi que des ailes et un corps de serpent.

Au XVIIIe siècle, une nouvelle peinture de dragon n'avait que deux pattes et deux ailes. C'était un grand dragon vert, avec une bouche rouge et une langue fourchue - redoutable et couvrant tout le mur, selon Duncombe.

Cependant, l'église a été restaurée vers 1812, peut-être à cause des dégâts causés par une terrible tempête en 1811. Soit personne n'a pensé à remplacer le dragon, soit, comme on le constate parfois, le vicaire a pensé qu'un dragon était un signe du diable et a ordonné sa destruction.


Qu'en est-il de Mordiford ?


Le village de Mordiford a grandi autour d'un ancien gué sur la rivière Lugg. Outre sa légende de dragon, il est célèbre pour son pont qui compte 9 arches et qui, avec plus de 600 ans, est l'un des plus anciens ponts enregistrés dans le Herefordshire.

 


Le chemin emprunté par le wyvern à travers Haugh Wood, où il a été trouvé pour la première fois par Maud, jusqu'à son point de rencontre favori, le Lugg, est appelé Serpent's Lane. On dit que rien ne pousse sur le chemin qu'un dragon a pris, mais il faudrait que vous le découvriez par vous-même.

Le bois de Haugh lui-même est toujours là et est un endroit favori des habitants et des visiteurs. En tant que visiteur, il existe un sentier intéressant autour de la ville et de la campagne environnante, qui vous mènera à travers de nombreuses zones habitées par Maud et son monstrueux ami.
Wyverns ou dragons


Ptérosaure: A quoi ressemblait un ptérosaure?


Dans les différentes versions de l'histoire de Mordiford, la créature est parfois appelée un dragon et parfois un "wyvern". S'agit-il d'une seule et même chose ? Eh bien, pas tout à fait. Il y a beaucoup de similitudes et quelques différences. La principale différence est que les dragons ont traditionnellement 4 pattes et que les wyverns en ont 2 et sont généralement plus petits.

Cependant, beaucoup d'autres caractéristiques que l'on associe à un dragon appartiennent également à la wyvern. Il ressemble à un reptile, a des ailes de cuir, a souvent des cornes ou une crête sur la tête et a une queue dont l'extrémité est couverte d'un poison mortel. Certains wyverns respirent le feu comme les dragons, d'autres expirent des fumées toxiques. Ils sont tous deux extrêmement difficiles à tuer. On pense également que les wyverns sont porteurs de maladies comme la peste et que les épidémies de peste ou d'autres maladies touchant les hommes ou le bétail, leur seraient souvent imputées.

 



Les Wyverns, comme les dragons, sont souvent présents en héraldique - les motifs qu'un noble ou un roi utiliserait sur ses drapeaux, son bouclier et son armure pour les distinguer, lui et ses hommes, des autres nobles. La famille Garston, dont l'un des membres a tué le dragon dans l'une de ces versions, avait un cimier qui comprenait un wyvern. Le drapeau gallois, en revanche, comporte un dragon et est censé avoir été conçu par le père du roi Arthur, Uther Pendragon.

Les légendes contiennent souvent un grain de vérité et les gens ont toutes sortes d'idées sur le Wyvern de Mordiford.

Le jeune dragon étant décrit de façon si claire et si vivante, on a suggéré que Maud avait peut-être trouvé un jeune ptérosaure éclos d'un œuf de l'époque des dinosaures - bien que vous puissiez penser que c'est aussi fantastique que l'histoire elle-même !


Quoi qu'il en soit, la légende était si puissante et réelle pour les habitants de Mordiford qu'en 1875, le recteur a trouvé deux femmes âgées de la région qui essayaient de noyer des tritons parce qu'elles croyaient qu'ils allaient devenir des wyverns !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Related Posts

Apalala: LE dragon Bouddhiste
Apalala: LE dragon Bouddhiste
Dans la mythologie bouddhiste, Apalala est un dragon aquatique qui vivait près de la rivière Swat. Nous allons passe...
Read More
L'oeil du Dragon - LONGAN
L'oeil du Dragon - LONGAN
Ne vous laissez pas intimider par ce nom effrayant en goûtant au longans, un fruit exotique et succulent, qui se trad...
Read More
Le fruit du dragon
Le fruit du dragon
  Et oui il y a un fruit appelé fruit du dragon ou par son autre nom qui est un pitaya. Le fruit du dragon est un fru...
Read More